Download E-books La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome PDF

This Elibron Classics publication is a facsimile reprint of a 1881 version via Hachette et Cie, Paris.

Show description

Read Online or Download La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome PDF

Similar Ancient Greece books

The Iliad

The nice battle epic of Western literature, translated through acclaimed classicist Robert Fagles   courting to the 9th century B. C. , Homer’s undying poem nonetheless vividly conveys the horror and heroism of guys and gods wrestling with towering feelings and struggling with amidst devastation and destruction, because it strikes inexorably to the wrenching, tragic end of the Trojan struggle.

The Age of Alexander (Penguin Classics)

Plutarch's influential writings at the historic worldPlutarch's parallel biographies of the good males in Greek and Roman historical past are cornerstones of eu literature, drawn on by way of numerous writers because the Renaissance. this option offers intimate glimpses into the lives of those males, revealing why the light Artaxerxes pressured the killer of his usurping brother to suffer the terrible "death of 2 boats"; why the noble Dion time and again risked his lifestyles for the ungrateful mobs of Syracuse; why Demosthenes introduced a funeral oration for the warriors he had abandoned in conflict; and why Alexander self-destructed after conquering part the realm.

Her Share of the Blessings: Women's Religions among Pagans, Jews, and Christians in the Greco-Roman World (Oxford Paperbacks)

During this pathbreaking quantity, Ross Shepard Kraemer presents the 1st entire examine women's religions in Greco-Roman antiquity. She vividly recreates the non secular lives of early Christian, Jewish, and pagan girls, with many desirable examples: Greek women's devotion to goddesses, rites of Roman matrons, Jewish girls in rabbinic and diaspora groups, Christian women's struggles to workout authority and autonomy, and women's roles as leaders within the complete spectrum of Greco-Roman religions.

A Commentary on Lysias, Speeches 1-11

Lysias was once the prime Athenian speech-writer of the new release (403-380 BC) following the Peloponnesian warfare, and his speeches shape a number one resource for all facets of the heritage of Athenian society in this interval. The speeches are generally learn this day, no longer least as a result of their simplicity of linguistic sort.

Additional resources for La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome

Show sample text content

Droit de désigner en mourant un tuteur à sa femme et à ses enfants. Il faut remarquer que tous ces droits étaient attribués au père seul, à l’exclusion de tous les autres membres de l. a. famille. l. a. femme n’avait pas le droit de divorcer, du moins dans les époques anciennes. Même quand elle était veuve, elle ne pouvait ni émanciper ni adopter. Elle n’était jamais tutrice, même de ses enfants. En cas de divorce, les enfants restaient avec le père, même les filles. Elle n’avait jamais ses enfants en sa puissance. Pour le mariage de sa fille, son consentement n’était pas demandé257. II. On a vu plus haut que los angeles propriété n’avait pas été conçue, à l’origine, comme un droit individuel, mais comme un droit de famille. l. a. fortune appartenait, comme dit formellement Platon et comme disent implicitement tous les anciens législateurs, aux ancêtres et aux descendants. Cette propriété, par sa nature même, ne se partageait pas. Il ne pouvait y avoir dans chaque famille qu’un propriétaire, qui était los angeles famille même, et qu’un usufruitier, qui était le père. Ce principe explique plusieurs inclinations de l’ancien droit. l. a. propriété ne pouvant pas se partager et reposant tout entière sur los angeles tête du père, ni l. a. femme ni le fils n’avaient rien en propre. Le régime dotal était alors inconnu et eût été impraticable. los angeles dot de los angeles femme appartenait sans réserve au mari, qui exerçait sur les biens dotaux non seulement les droits d’un administrateur, mais ceux d’un propriétaire. Tout ce que l. a. femme pouvait acquérir durant le mariage tombait dans les mains du mari. Elle ne reprenait même pas sa dot en devenant veuve258. Le fils était dans les mêmes stipulations que los angeles femme : il ne possédait rien. Aucune donation faite par lui n’était valable, par los angeles raison qu’il n’avait rien à lui. Il ne pouvait rien acquérir ; les end result de son travail, les bénéfices de son trade étaient pour son père. Si un testomony était fait en sa faveur par un étranger, c’était son père et non pas lui qui recevait le legs. Par là s’explique le texte du droit romain qui interdit tout contrat de vente entre le père et le fils. Si le père eût vendu au fils, il se fût vendu à lui-même, puisque le fils n’acquérait que pour le père259. On voit dans le droit romain et l’on trouve aussi dans les lois d’Athènes que le père pouvait vendre son fils260. C’est que le père pouvait disposer de toute l. a. propriété qui était dans l. a. famille, et que le fils lui-même pouvait être envisagé comme une propriété, puisque ses bras et son travail étaient une resource de revenu. Le père pouvait donc à son choix, garder pour lui cet tool de travail ou le céder à un autre. Le céder, c’était ce qu’on appelait vendre le fils. Les textes que nous avons du droit romain ne nous renseignent pas clairement sur los angeles nature de ce contrat de vente et sur les réserves qui pouvaient y être contenues. Il paraît yes que le fils ainsi vendu ne devenait pas tout à fait l’esclave de l’acheteur. Le père pouvait stipuler dans le contrat que le fils lui serait revendu. Il gardait alors sa puissance sur lui, et, après l’avoir repris, il pouvait le vendre encore261.

Rated 4.50 of 5 – based on 9 votes

About the Author

admin